5 enseignements que je retiens de ma 1ere année d'entrepreneurariat (et qui peuvent aussi vous aider!)

5 enseignements que je retiens de ma 1ere année d’entrepreneurariat (et qui peuvent aussi vous aider!)

Nous y voilà La fin d’année approche à très grands pas.

2018 va s’achever et 365 jours de passion, de travail et d’apprentissages vont se clore.

Pour terminer cette année en beauté et aborder 2019 avec sérénité, j’aimerais partager avec vous quelques réflexions. Aujourd’hui, je souhaite vous parler des 5 choses que 2018 m’a appris et qui pourraient servir aux formidables personnes que vous êtes.

Tout est possible pour celui qui y croit

Un jour de juillet 2017, je me suis fait une promesse : celle de ne pas passer un été de plus en manteau et collants à Londres. Mon rêve ? Mener une vie nomade en mêlant une activité où je pourrai aider les autres tout en parcourant l’Europe. Encore fallait-il s’en donner les moyens.

Si l’idée est séduisante, sauter le pas n’est pas si simple car cela suppose de tout lâcher ! Appartement, confort de vie et une activité rentable pour pouvoir me jeter à l’eau.

« L’état d’esprit dans lequel on se trouve conditionne notre réussite. »

Le challenge est de taille mais j’y crois. Je ne cède en rien à mes angoisses et je fais un vrai travail de projection. Mon départ, les endroits où je vais aller, les gens que je vais rencontrer, les personnes avec qui je vais travailler, les ateliers que je vais créer... Un an plus tard, le projet se concrétise enfin ! Et me voila partie pour visiter d’autres contrées. À l’heure où je vous écris, je suis sous un beau soleil espagnol et la vie est douce.

S’armer de patience et savoir lâcher prise

Comme pour la terre, l’entrepreneuriat se cultive. Il faut d’abord semer avant de récolter. Tout ne vient pas en un jour, c’est normal.

La patience est une arme précieuse. Mais pour qu’elle ait du sens, pour ne pas « perdre son temps », il est important de choisir les graines avec soin. Pour revenir à mon parcours, sachez que j’ai commis une erreur. Celle de passer un temps considérable sur mon site internet. Les 4 premiers mois de vie de mon entreprise, je n’ai fait que ça. Et ce n’était pas judicieux. J’ai perdu beaucoup d’énergie pour une coquille vide. En effet, à ce stade mon positionnement n’était pas clair, mes offres n’étaient pas encore établies. Bref, j’avais mis la charrue avant les bœufs.

C’est là que j’ai compris la nécessité d’être avant de faire. Et vous savez, si vous me lisez régulièrement, à quel point cette notion d’alignement est chère à mon cœur.  

Incarner sa mission de vie. Déterminer ce que l’on veut vraiment pour ensuite faire des choses qui ont un sens et offrent de vrais résultats. C’est cela qui est important. Sinon, pourquoi accepterions-nous de nous mettre dans une telle situation de précarité, d’incertitude et d’insécurité financière ? Pourquoi tous ces risques si ce n’est pas pour faire quelque chose que l’on aime vraiment et qui fait sens pour nous ?

Une fois toutes ces graines semées, il faut ensuite apprendre à lâcher prise. Croire en soi, poursuivre ses efforts mais accepter qu’il existe une part des choses qui ne nous appartient pas. Laisser le temps au temps.

Être ouverte aux opportunités

Il n’y a pas vraiment de plan figé dans le marbre.

Vous pouvez développer des stratégies bien sûr et vous avez même intérêt à le faire mais il est important de rester ouvertes aux opportunités. Elles arrivent parfois par un chemin insoupçonné ! Bien sûr, cela suppose de rester assez à l’écoute pour savoir les repérer et les saisir. L’âme et les yeux grands ouverts, on peut rencontrer de belles personnes et mettre en route de beaux projets.

Dans mon cas, ma vie nomade m’a permis de faire de formidables connaissances, de nouer des supers partenariats et d’organiser des ateliers de groupe dans les villes où je me trouvais. Des aventures imprévues mais tellement enrichissantes.

Se donner les chances de réussir

La plus grosse des erreurs est de penser que l’on peut développer son entreprise seule, sans l’aide de personne.

La vérité, c’est que nous ne sommes pas des super woman. Nous ne pouvons pas être sur tous les fronts et nous avons toutes nos zones d’incompétences.

J’ai très vite compris que si je voulais vivre rapidement de mon activité, il fallait que j’investisse en moi et dans mon entreprise. Cette année, j’ai dépensé plus de 8000 euros. En coaching et formations, en outils de développement, en « expertise de freelance ».

Des investissements qui m’ont permis :

  • D’améliorer mes compétences pour me permettre de former encore mieux mes clientes
  • De bénéficier de l’expertise de professionnels dans des domaines où je ne suis pas compétente moi-même
  • De dépasser mes peurs et d’oser être et faire ce que je veux vraiment
  • D’augmenter mon impact et le nombre de clientes
  • Mais surtout de me surpasser encore et encore

En effet, quand on investit des sommes importantes dans son entreprise, on se doit de réussir. Et cela change beaucoup la donne. Alors bien sûr, c’est effrayant de dépenser autant d’argent sur « un pari ». Mais posez-vous cette question : pourquoi des clients investiraient en vous, si vous n’êtes pas prêtes à le faire vous-même ?

Les réponses arrivent une fois que le problème surgit

Je suis de nature à tout contrôler et à vouloir que tout soit parfait. Côté pile, c’est génial parce que quand je me lance dans quelque chose, je le fais à fond. Côté face, je suis tellement perfectionniste que je m’empêche de passer à l’action. Du coup je suis capable d’anticiper tous les problèmes avant même qu’ils n’arrivent. Et comme bien sûr je n’ai pas toutes les réponses, je reste dans l’inaction. Même si mon projet me tient vraiment à cœur.

Cette année, j’ai procédé d’une façon différente.

Mon idée me fait vibrer ? Je pose une date dans le calendrier et l’annonce pour ne plus reculer. Par exemple, je mourrais d’envie de faire une formation gratuite mais je n’osais pas. J’ai fini par fixer une date avec un délai très court qui ne me laissait d’autre choix que de passer à l’action là, tout de suite, maintenant !

sultat : plus de 100 femmes ont participé à la formation ! Elle a énormément plu et aidé les participantes à avoir de véritables prises de conscience et franchir des caps dans leurs entreprises respectives. Cela m’a aussi permis d’accueillir 8 nouvelles clientes au sein du programme « Je propulse mon activité ». Ça valait le coup de se jeter à l’eau et de perdre un peu le contrôle !

Alors si je peux formuler un souhait pour vous, pour l’année à venir, ce serait celui là : Ne laissez pas vos peurs prendre le contrôle de votre vie. Osez car vous en êtes capables. Faites-vous confiance et cheminez en ayant foi en votre projet. Tout le reste suivra.

Vous êtes décidées à avancer dans le bon sens et avec détermination cette année ?

Parlons-en lors d’une séance découverte. Nous ferons le point sur votre projet et vos objectifs. Ce sera l’occasion de voir si nous sommes faites, oui ou non, pour travailler ensemble.

7 erreurs qui t’empêchent de convertir tes prospects en clients
Augmente tes ventes en apprenant à mieux pitcher ton offreAugmente tes ventes en apprenant à mieux pitcher ton offre
5 raisons d'avoir un blog5 raisons d'avoir un blog